Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Syrie: la Russie repositionne ses S-300 et S-400

Publié le par Samir Svet

Syrie: la Russie repositionne ses S-300 et S-400

Syrie: la Russie repositionne ses S-300 et S-400 7501 vues 22 juin 2017 23 commentaires Guerres Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/4bmy6f2799fe5bs5jo_800C450-1728x800_c.jpg Partager la publication "Syrie:...

Lire la suite

Le Hachd Chaabi est arrivé à la frontière avec la Syrie et ses chefs sont décidés à coopérer contre Daesh avec l’armée syrienne. Les Américains et les Anglais ont fait des pressions énormes sur le Premier ministre Abadi pour empêcher cette jonction entre les 2 armées. Il semble que les Etats-Unis sont en train de perdre le contrôle de la situation au profit de la coalition orientale. Pour empêcher le Hachd de faire jonction avec l’Armée Arabe Syrienne sur la frontière avec la Jordanie, les Etats-Unis ont envoyé Daesh du côté de Palmyre. Pour stopper cette manœuvre de contournement de la part de Daesh, la marine russe a tiré 4 missiles Caliber. De son côté l’aviation étatsunienne attaque de façon furtive et essaie de ne pas intervenir au grand jour aux côtés de Daesh. Le bouclage de la frontière irako-syrienne par les 2 armées voudra dire que le projet de partition des 2 pays est tombé à l’eau

Publié le par Samir Svet

Le Hachd Chaabi est arrivé à la frontière avec la Syrie et ses chefs sont décidés à coopérer contre Daesh avec l’armée syrienne. Les Américains et les Anglais ont fait des pressions énormes sur le Premier ministre Abadi pour empêcher cette jonction entre les 2 armées.  Il semble que les Etats-Unis sont en train de perdre le contrôle de la situation au profit de la coalition orientale.  Pour empêcher le Hachd de faire jonction avec l’Armée Arabe Syrienne sur la frontière avec la Jordanie, les Etats-Unis ont envoyé Daesh du côté de Palmyre. Pour stopper cette manœuvre de contournement de la part de Daesh, la marine russe a tiré 4 missiles Caliber.  De son côté l’aviation étatsunienne attaque de façon furtive et essaie de ne pas intervenir au grand jour aux côtés de Daesh.  Le bouclage de la frontière irako-syrienne par les 2 armées voudra dire que le projet de partition des 2 pays est tombé à l’eau

Jonction de Hachd Chaabi avec l’armée syrienne, en dépit de tous les efforts masqués des Etats-Unis et des Britanniques pour les en empêcher 9002 vues 01 juin 2017 43 commentaires Guerres Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/IMG23073684-1728x800_c.jpg...

Lire la suite

Le régime israélien a fourni une aide secrète aux soi-disant « rebelles » près du Golan syrien depuis de nombreuses années, selon un rapport. Le journal américain « The Wall Street Journal« a rapporté dimanche soir qu’Israël a offert à des groupes « rebelles », considérés comme terroristes par Damas, des fournitures médicales, de la nourriture et des fonds pour « protéger ses frontières de la crise en Syrie et établir une zone tampon près de sa frontière « . Selon le rapport, le régime de Tel-Aviv a créé une unité militaire spéciale en 2012 pour surveiller et coordonner le transfert de l’aide aux « rebelles », une stratégie qui comprend le paiement des salaires et des livraisons d’armes et de munitions. Abu Suhaib, commandant du groupe terroriste Fursan al-Joulan, a dit au journal américain que le régime israélien les payent environ 5 000 $ par mois. Selon le rapport, ce groupe a contacté Israël en 2013 lorsque l’armée syrienne a attaqué les membres du groupe terroriste dans les régions du sud de la Syrie. Fursan al-Yulan dispose d’environ 400 combattants dans la province d’Al-Quneitra, située à 70 kilomètres de Damas, la capitale syrienne, et est allié avec au moins quatre autres groupes terroristes qui reçoivent également de l’aide israélienne, selon les déclarations des membres de groupes terroristes au journal. Depuis le début de la crise dans les pays arabes, en particulier en Syrie, de nombreux analystes ont fait valoir que le régime de Tel-Aviv ne ménage pas ses efforts pour bloquer toute solution à ces crises afin de détourner l’attention du monde arabe de la question palestinienne. En outre, les efforts d’Israël pour mettre fin au gouvernement de Bachar al-Assad par une guerre par procuration en Irak a une relation étroite avec la stratégie « Clean Break » proposée dans un document préparé en 1996 par un groupe d’études stratégiques israélien. Le document présente une nouvelle approche pour résoudre les problèmes de sécurité du régime israélien au Moyen-Orient et préconise, en particulier, la promotion d’une guerre menée à bien par des tiers en Syrie avec la présence de pouvoirs régionaux et extra-régionaux.

Publié le par Samir Svet

Le régime israélien a fourni une aide secrète aux soi-disant « rebelles » près du Golan syrien depuis de nombreuses années, selon un rapport.  Le journal américain « The Wall Street Journal« a rapporté dimanche soir qu’Israël a offert à des groupes « rebelles », considérés comme terroristes par Damas, des fournitures médicales, de la nourriture et des fonds pour « protéger ses frontières de la crise en Syrie et établir une zone tampon près de sa frontière « .  Selon le rapport, le régime de Tel-Aviv a créé une unité militaire spéciale en 2012 pour surveiller et coordonner le transfert de l’aide aux « rebelles », une stratégie qui comprend le paiement des salaires et des livraisons d’armes et de munitions.  Abu Suhaib, commandant du groupe terroriste Fursan al-Joulan, a dit au journal américain que le régime israélien les payent environ 5 000 $ par mois. Selon le rapport, ce groupe a contacté Israël en 2013 lorsque l’armée syrienne a attaqué les membres du groupe terroriste dans les régions du sud de la Syrie.  Fursan al-Yulan dispose d’environ 400 combattants dans la province d’Al-Quneitra, située à 70 kilomètres de Damas, la capitale syrienne, et est allié avec au moins quatre autres groupes terroristes qui reçoivent également de l’aide israélienne, selon les déclarations des membres de groupes terroristes au journal.  Depuis le début de la crise dans les pays arabes, en particulier en Syrie, de nombreux analystes ont fait valoir que le régime de Tel-Aviv ne ménage pas ses efforts pour bloquer toute solution à ces crises afin de détourner l’attention du monde arabe de la question palestinienne.  En outre, les efforts d’Israël pour mettre fin au gouvernement de Bachar al-Assad  par une guerre par procuration en Irak a une relation étroite avec la stratégie « Clean Break » proposée dans un document préparé en 1996 par un groupe d’études stratégiques israélien.  Le document présente une nouvelle approche pour résoudre les problèmes de sécurité du régime israélien au Moyen-Orient et préconise, en particulier, la promotion d’une guerre menée à bien par des tiers en Syrie avec la présence de pouvoirs régionaux et extra-régionaux.

Scandale: Israël paye jusqu’à 5000€ de salaire à des terroristes en Syrie 7192 vues 20 juin 2017 5 commentaires Mensonges & Manipulation Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/1435453245ob_bc3534_israel-al-quaida-1728x800_c.jpg...

Lire la suite

Le ton monte entre médias saoudiens et qataris, sur fond de crise politique larvée entre les deux alliés. Après avoir diffusé et vilipendé une déclaration jugée «révisionniste» de l’émir du Qatar, le principal canal de propagande saoudienne, Al-Arabia revient à la charge en accusant l’Emirat voisin de promouvoir une politique médiatique hostile aux intérêts des autres pays du Golfe et de l’Egypte et visant à semer la division et la discorde dans la région. Dans un article incendiaire, le site de la chaîne saoudienne basée aux Emirats Arabes Unis reproche au gouvernement de Doha d’avoir mobilisé tout un arsenal médiatique confié à Azmy Béchara, membre du Knesset et conseiller attiré de la famille régnante des Al-Thani. Une vérité connue depuis plusieurs années mais occultée par tous les médias arabes dominants, y compris les médias pro-saoudiens qui étaient du même bord qu’Al-Jazeera et autres instruments de la subversion islamiste dès le début des insurrections arabes en 2011. Al-Arabia cite, entre autres outils de propagande qataris, la chaîne Al-Arabi Al-Jadid et un quotidien portant le même nom paraissant à Londres et diffusé partout dans le monde, et aussi des sites comme Huffington Post (version arabe). Ces médias sont accusés d’accointances avec la confrérie des Frères musulmans et de soutien aux mouvements islamistes dans le monde arabe. Une autre évidence, puisque même Al-Arabia et les autres chaînes et organes de presse saoudiens continuent à ce jour à promouvoir l’islamisme politique et les mouvements salafistes les plus nihilistes, à l’image de ceux qui sèment actuellement le chaos en Syrie, en Irak ou au Yémen. Né pendant la destitution de l’ex-président égyptien Mohamed Morsi, protégé des Qataris, ce schisme entre Ryad et Doha a été longtemps contenu, au moment où il fallait faire front contre Damas et ses alliés qui commençaient à reprendre l’initiative dans la guerre contre les groupes terroristes financés et armés en grande partie par Ryad et Doha. Le Qatar avait alors accepté de jouer les seconds rôles, laissant l’Arabie Saoudite conduire, pour le compte du Conseil de coopération des pays du Golfe, la contre-offensive avec ses alliés turcs et occidentaux. C’est la visite «historique» effectuée par le président américain, Donald Truùmp, à Ryad pour le sommet Etats-Unis-monde musulman, le 21 mai dernier, qui a accéléré la décantation. La caution renouvelée de Trump à l’Arabie Saoudite aura laissé des frustrations qui semblaient difficiles à surmonter.

Publié le par Samir Svet

Le ton monte entre médias saoudiens et qataris, sur fond de crise politique larvée entre les deux alliés. Après avoir diffusé et vilipendé une déclaration jugée «révisionniste» de l’émir du Qatar, le principal canal de propagande saoudienne, Al-Arabia revient à la charge en accusant l’Emirat voisin de promouvoir une politique médiatique hostile aux intérêts des autres pays du Golfe et de l’Egypte et visant à semer la division et la discorde dans la région.  Dans un article incendiaire, le site de la chaîne saoudienne basée aux Emirats Arabes Unis reproche au gouvernement de Doha d’avoir mobilisé tout un  arsenal médiatique confié à Azmy Béchara, membre du Knesset et conseiller attiré de la famille régnante des Al-Thani. Une vérité connue depuis plusieurs années mais occultée par tous les médias arabes dominants, y compris les médias pro-saoudiens qui étaient du même bord qu’Al-Jazeera et autres instruments de la subversion islamiste dès le début des insurrections arabes en 2011.  Al-Arabia cite, entre autres outils de propagande qataris, la chaîne Al-Arabi Al-Jadid et un quotidien portant le même nom paraissant à Londres et diffusé partout dans le monde, et aussi des sites comme Huffington Post (version arabe). Ces médias sont accusés d’accointances avec la confrérie des Frères musulmans et de soutien aux mouvements islamistes dans le monde arabe. Une autre évidence, puisque même Al-Arabia et les autres chaînes et organes de presse saoudiens continuent à ce jour à promouvoir l’islamisme politique et les mouvements salafistes les plus nihilistes, à l’image de ceux qui sèment actuellement le chaos en Syrie, en Irak ou au Yémen.  Né pendant la destitution de l’ex-président égyptien Mohamed Morsi, protégé des Qataris, ce schisme entre Ryad et Doha a été longtemps contenu, au moment où il fallait faire front contre Damas et ses alliés qui commençaient à reprendre l’initiative dans la guerre contre les groupes terroristes financés et armés en grande partie par Ryad et Doha.  Le Qatar avait alors accepté de jouer les seconds rôles, laissant l’Arabie Saoudite conduire, pour le compte du Conseil de coopération des pays du Golfe, la contre-offensive avec ses alliés turcs et occidentaux. C’est la visite «historique» effectuée par le président américain, Donald Truùmp, à Ryad pour le sommet Etats-Unis-monde musulman, le 21 mai dernier, qui a accéléré la décantation. La caution renouvelée  de Trump à l’Arabie Saoudite aura laissé des frustrations qui semblaient difficiles à surmonter.

Riyad et Doha se livrent une guerre médiatique : vers l’implosion du CCG ? 3129 vues 01 juin 2017 3 commentaires Géopolitique Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/146471949217255691-1728x800_c.jpg Partager...

Lire la suite

En Syrie, les groupes terroristes et leurs sponsors sont inquiets. Ils craignent que l’armée syrienne et ses alliés ne parviennent à atteindre les frontières avec l’Irak et à créer une voie d’approvisionnement entre l’Irak et la Syrie. Récemment, ces groupes ont révélé avoir été contactés par les Américains qui leur demandent de stopper « à n’importe quel prix » l’avancée des forces syriennes et de leurs alliés vers le désert syrien, connu sous l’appellation d’al-Badiya dans le sud-est de la Syrie. Cette perspective terrorise les terroristes puisqu’elle ouvre la voie à une fusion des forces syriennes et du Hezbollah d’une part et les forces de Mobilisation populaire irakienne dites les Hachd al-Chaabi de l’autre avec en toile de fond la création d’une « force supranationale » contre le terrorisme qui affecte la région entière. Il y a trois jours, les militaires américains avaient clairement menacé les troupes syriennes de frappes aériennes, s’ils s’approchaient d’al-Tanf, point de passage frontalier syro-irakien non loin de la frontière avec la Jordanie. La semaine dernière, les forces de l’armée syrienne, secondées par le Hezbollah ont lancé une double offensive intitulée » Opération du Grand désert » sur deux axes: le premier situé dans la région de Qalamoun, à l’est de Damas et le deuxième, dans le sud de Palmyre. L’objectif? Empêcher de façon préventive toute offensive conjointe USA/Grande-Bretagne/Jordanie conte le sud de la Syrie. Dans le même temps, le commandant en chef de l’armée de Badr, une des composantes des Hachd al-Chaabi a affirmé avoir la ferme intention tout comme d’autres composantes des Hachd « de poursuivre leurs opérations dans l’ouest de l’Irak pour atteindre les frontières syriennes ». Au début de cette semaine, le Hachd arrivait bel et bien à la frontière et poursuivait son avancée vers le sud, vers la localité frontalière d’al-Qaem. Mais pourquoi cette panique américaine de voir l’armée syrienne et les Hachd réussir à prendre le contrôle des frontières syro-irakiennes? Les analyses et commentaires publiés par la presse US accusent l’Iran, « allié de poids du régime Assad », de « vouloir créer un croissant chiite » qui relierait l’Irak à la Syrie avant de se diriger vers le Liban.

Publié le par Samir Svet

En Syrie, les groupes terroristes et leurs sponsors sont inquiets. Ils craignent que l’armée syrienne et ses alliés ne parviennent à atteindre les frontières avec l’Irak et à créer une voie d’approvisionnement entre l’Irak et la Syrie.  Récemment, ces groupes ont révélé avoir été contactés par les Américains qui leur demandent de stopper « à n’importe quel prix » l’avancée des forces syriennes et de leurs alliés vers le désert syrien, connu sous l’appellation d’al-Badiya dans le sud-est de la Syrie.  Cette perspective terrorise les terroristes puisqu’elle ouvre la voie à une fusion des forces syriennes et du Hezbollah d’une part et les forces de Mobilisation populaire irakienne dites les Hachd al-Chaabi de l’autre avec en toile de fond la création d’une « force supranationale » contre le terrorisme qui affecte la région entière.  Il y a trois jours, les militaires américains avaient clairement menacé les troupes syriennes de frappes aériennes, s’ils s’approchaient d’al-Tanf, point de passage frontalier syro-irakien non loin de la frontière avec la Jordanie.  La semaine dernière, les forces de l’armée syrienne, secondées par le Hezbollah ont lancé une double offensive intitulée  » Opération du Grand désert » sur deux axes: le premier situé dans la région de Qalamoun, à l’est de Damas et le deuxième, dans le sud de Palmyre. L’objectif? Empêcher de façon préventive toute offensive conjointe USA/Grande-Bretagne/Jordanie conte le sud de la Syrie.  Dans le même temps, le commandant en chef de l’armée de Badr, une des composantes des Hachd al-Chaabi a affirmé avoir la ferme intention tout comme d’autres composantes des Hachd « de poursuivre leurs opérations dans l’ouest de l’Irak pour atteindre les frontières syriennes ».  Au début de cette semaine, le Hachd arrivait bel et bien à la frontière et poursuivait son avancée vers le sud, vers la localité frontalière d’al-Qaem.  Mais pourquoi cette panique américaine de voir l’armée syrienne et les Hachd réussir à prendre le contrôle des frontières syro-irakiennes?  Les analyses et commentaires publiés par la presse US accusent l’Iran, « allié de poids du régime Assad », de « vouloir créer un croissant chiite » qui relierait l’Irak à la Syrie avant de se diriger vers le Liban.

Sud de la Syrie: les préparatifs d’une bataille cruciale 6540 vues 01 juin 2017 13 commentaires Guerres Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/manar-09706420014962309913-1728x800_c.jpg Partager la publication...

Lire la suite

Le président sud-coréen « choqué » de trouver 4 lanceurs THAAD américains non prévus dans son pays 6233 vues 31 mai 2017 7 commentaires Mensonges & Manipulation Réseau International Le président nouvellement élu de la Corée du Sud a ordonné une enquête sur la raison pour laquelle le ministère de la Défense du pays ne lui a pas fait un rapport sur l’importation de quatre autres lance-missiles pour le système anti-missile américain en plus des deux qui avaient été publiquement confirmés. « Le président Moon, a déclaré qu’il était très choquant », d’entendre que les quatre lanceurs supplémentaires avaient été installés sans avoir été signalés au nouveau gouvernement ou au public, a déclaré le porte-parole présidentiel Yoon Young-chan lors d’une conférence de presse mardi. Le déploiement du système américain THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) a été approuvé par le précédent gouvernement conservateur à Séoul, qui a chuté après que le président d’alors Geun-Hye Parc du Parti Saenuri ait été mis en accusation sous les accusations de corruption. Moon Jae-in, un démocrate, a remporté les élections le 9 mai et est dans un processus de transition de pouvoir. Une promesse d’examiner l’affaire THAAD controversée faisait partie de sa campagne. Le bureau de Moon a annoncé une enquête au sujet de l’entrée clandestine des quatre lanceurs THAAD, qui ont été introduits dans le pays en plus de deux unités, dont le déploiement avait été annoncé publiquement.

Publié le par Samir Svet

Le président sud-coréen « choqué » de trouver 4 lanceurs THAAD américains non prévus dans son pays 6233 vues 31 mai 2017 7 commentaires Mensonges & Manipulation Réseau International  Le président nouvellement élu de la Corée du Sud a ordonné une enquête sur la raison pour laquelle le ministère de la Défense du pays ne lui a pas fait un rapport sur l’importation de quatre autres lance-missiles pour le système anti-missile américain en plus des deux qui avaient été publiquement confirmés.  « Le président Moon, a déclaré qu’il était très choquant », d’entendre que les quatre lanceurs supplémentaires avaient été installés sans avoir été signalés au nouveau gouvernement ou au public, a déclaré le porte-parole présidentiel Yoon Young-chan lors d’une conférence de presse mardi.  Le déploiement du système américain THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) a été approuvé par le précédent gouvernement conservateur à Séoul, qui a chuté après que le président d’alors Geun-Hye Parc du Parti Saenuri ait été mis en accusation sous les accusations de corruption. Moon Jae-in, un démocrate, a remporté les élections le 9 mai et est dans un processus de transition de pouvoir. Une promesse d’examiner l’affaire THAAD controversée faisait partie de sa campagne.  Le bureau de Moon a annoncé une enquête au sujet de l’entrée clandestine des quatre lanceurs THAAD, qui ont été introduits dans le pays en plus de deux unités, dont le déploiement avait été annoncé publiquement.

Le président sud-coréen « choqué » de trouver 4 lanceurs THAAD américains non prévus dans son pays 6233 vues 31 mai 2017 7 commentaires Mensonges & Manipulation Réseau International Le président nouvellement élu de la Corée du Sud a ordonné une enquête...

Lire la suite

Moscou s’interroge sur les avions non-identifiés qui approvisionnent Daech en Afghanistan 7443 vues 31 mai 2017 .-- La diplomatie russe a attiré l’attention des USA et de l’Otan sur le fait qu’une aviation non-identifiée fournissait constamment des armes aux djihadistes de Daech en Afghanistan malgré la présence des militaires américains et otaniens dans ce pays. Le ministère russe des Affaires étrangères a publié mardi 30 mai un communiqué dans lequel il interroge les États-Unis et l’Otan sur l’appartenance des avions non-identifiés qui fournissent des armes et d’autres matériels militaires aux combattants de Daech en Afghanistan. En particulier, le ministère se réfère aux autorités de la province afghane de Djôzdjân, selon lesquelles des avions non-identifiés ont parachuté à plusieurs reprises, au mois de mai, des caisses d’armes et de munitions aux terroristes dans les provinces de Fâryâb, de Sar-é Pol et de Djôzdjân, dans le nord du pays. En outre, des hélicoptères sans signes distinctifs ont été repérés dans la province de Ghazni, dans le sud-est du pays, dans des zones contrôlées par les terroristes dans les districts de Waghaz et de Khogyani. Pourtant, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg ainsi que le directeur de l’Agence américaine du renseignement de la défense (DIA) Vincent Stewart ont déclaré n’avoir aucune preuve de cela, ce qui semble, selon le ministère russe, très bizarre vu la présence des forces américaines et otaniennes dans le pays. « À cet égard, une question vient naturellement aux représentants susmentionnés de l’Otan et des États-Unis : connaissent-ils l’appartenance des avions non identifiés dans le ciel de l’Afghanistan, un pays qui depuis plus de 15 ans abrite des militaires des États-Unis […] ? », s’interroge le ministère. source:https://fr.sputniknews.com/international/201705301031604479-afghanistan-daech-otan-etats-unis-russie/ En savoir plus sur http://reseauinternational.net/moscou-sinterroge-sur-les-avions-non-identifies-qui-approvisionnent-daech-en-afghanistan/#iHq3aiHx03vEDW5J.99

Publié le par Samir Svet

 Moscou s’interroge sur les avions non-identifiés qui approvisionnent Daech en Afghanistan 7443 vues 31 mai 2017 .--  La diplomatie russe a attiré l’attention des USA et de l’Otan sur le fait qu’une aviation non-identifiée fournissait constamment des armes aux djihadistes de Daech en Afghanistan malgré la présence des militaires américains et otaniens dans ce pays. Le ministère russe des Affaires étrangères a publié mardi 30 mai un communiqué dans lequel il interroge les États-Unis et l’Otan sur l’appartenance des avions non-identifiés qui fournissent des armes et d’autres matériels militaires aux combattants de Daech en Afghanistan. En particulier, le ministère se réfère aux autorités de la province afghane de Djôzdjân, selon lesquelles des avions non-identifiés ont parachuté à plusieurs reprises, au mois de mai, des caisses d’armes et de munitions aux terroristes dans les provinces de Fâryâb, de Sar-é Pol et de Djôzdjân, dans le nord du pays.  En outre, des hélicoptères sans signes distinctifs ont été repérés dans la province de Ghazni, dans le sud-est du pays, dans des zones contrôlées par les terroristes dans les districts de Waghaz et de Khogyani.  Pourtant, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg ainsi que le directeur de l’Agence américaine du renseignement de la défense (DIA) Vincent Stewart ont déclaré n’avoir aucune preuve de cela, ce qui semble, selon le ministère russe, très bizarre vu la présence des forces américaines et otaniennes dans le pays.      « À cet égard, une question vient naturellement aux représentants susmentionnés de l’Otan et des États-Unis : connaissent-ils l’appartenance des avions non identifiés dans le ciel de l’Afghanistan, un pays qui depuis plus de 15 ans abrite des militaires des États-Unis […] ? », s’interroge le ministère.  source:https://fr.sputniknews.com/international/201705301031604479-afghanistan-daech-otan-etats-unis-russie/  En savoir plus sur http://reseauinternational.net/moscou-sinterroge-sur-les-avions-non-identifies-qui-approvisionnent-daech-en-afghanistan/#iHq3aiHx03vEDW5J.99

Moscou s’interroge sur les avions non-identifiés qui approvisionnent Daech en Afghanistan 7443 vues 31 mai 2017 8 commentaires Terrorisme Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/05/1031605126-1728x800_c.jpg Partager...

Lire la suite

En dépit d’un accord bilatéral et du ressentiment de la population locale, les Etats-Unis continuent de mener des exercices de parachutistes sur l’île d’Okinawa. Le ministère japonais de la Défense n’a pas hésité à faire entendre son mécontentement. Le ministre japonais de la Défense, Tomomi Inada, a appelé mardi les troupes américaines déployées sur l’île d’Okinawa à annuler leurs entraînements de parachutistes, qui devront avoir lieu le 31 mai et le 1er juin, relate la chaîne NHK. « Nous avons demandé aux États-Unis d’annuler les exercices. Pour le moment, nous n’avons pas reçu de réponse de leur part », a indiqué le ministre. Pour rappel, le Japon et les États-Unis ont convenu en 1996 que les entraînements de parachutistes américains devaient être menés sur l’île d’Iejima, alors que les autres sites ne pourraient être utilisés à de telles fins que dans des circonstances exceptionnelles. En dépit de l’accord, les États-Unis ont déjà mené depuis avril dernier plusieurs exercices de ce type sur l’île d’Okinawa, tout en provoquant l’anxiété de la population locale et le courroux des fonctionnaires japonais.

Publié le par Samir Svet

En dépit d’un accord bilatéral et du ressentiment de la population locale, les Etats-Unis continuent de mener des exercices de parachutistes sur l’île d’Okinawa. Le ministère japonais de la Défense n’a pas hésité à faire entendre son mécontentement.  Le ministre japonais de la Défense, Tomomi Inada, a appelé mardi les troupes américaines déployées sur l’île d’Okinawa à annuler leurs entraînements de parachutistes, qui devront avoir lieu le 31 mai et le 1er juin, relate la chaîne NHK.  « Nous avons demandé aux États-Unis d’annuler les exercices. Pour le moment, nous n’avons pas reçu de réponse de leur part », a indiqué le ministre.  Pour rappel, le Japon et les États-Unis ont convenu en 1996 que les entraînements de parachutistes américains devaient être menés sur l’île d’Iejima, alors que les autres sites ne pourraient être utilisés à de telles fins que dans des circonstances exceptionnelles.  En dépit de l’accord, les États-Unis ont déjà mené depuis avril dernier plusieurs exercices de ce type sur l’île d’Okinawa, tout en provoquant l’anxiété de la population locale et le courroux des fonctionnaires japonais.

Le Japon voit rouge suite aux exercices militaires US sur l’île d’Okinawa 3798 vues 31 mai 2017 3 commentaires Politique Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/05/1028091270-1728x800_c.jpg Partager la publication...

Lire la suite

Il y a quelque chose d’obscène chez toutes ces personnes qui, après avoir occupé des postes élevés au sein d’un gouvernement – par exemple, un ambassadeur ou un chef de l’armée – occupent une fonction, après la retraite, comme employés d’un gouvernement étranger. L’ancien chef de l’armée du Pakistan, le général Raheel Sharif, n’aurait pas dû accepter l’offre faite par le roi saoudien Salman de le nommer à la tête d’une nouvelle formation militaire de l’Alliance islamique. Cela tombe sous le sens que cette nomination ferait de facto du général pakistanais un vassal de la Maison des Saoud. Qu’avait-il besoin de cela? Un général pakistanais est presque certainement un homme très riche qui n’a pas vraiment besoin de plus d’argent. Et si le général Sharif avait des démangeaisons insatiables de continuer à lutter contre le terrorisme jusqu’à la fin de sa vie, le Pakistan lui-même pouvait lui en fournir de nombreuses occasions. Pourquoi l’Arabie Saoudite? La seule réponse plausible est – l’avarice. Les capacités des Saoudiens à attirer les élites étrangères sont légions. Selon les rapports, Salman a donné au président américain Donald Trump, rien que pour les cadeaux personnels, des dons d’une valeur de 1,2 milliard $. Une lourde épée en or pur et parsemé de diamants pesant 25 kilogrammes valait à elle seule 200 millions $. Ensuite, il y a ce yacht de 125 mètres de long, qui est apparemment le plus grand yacht personnel du monde, avec 80 chambres et 20 suites royales.

Publié le par Samir Svet

Il y a quelque chose d’obscène chez toutes ces personnes qui, après avoir occupé des postes élevés au sein d’un gouvernement – par exemple, un ambassadeur ou un chef de l’armée – occupent une fonction, après la retraite, comme employés d’un gouvernement étranger. L’ancien chef de l’armée du Pakistan, le général Raheel Sharif, n’aurait pas dû accepter l’offre faite par le roi saoudien Salman de le nommer à la tête d’une nouvelle formation militaire de l’Alliance islamique.  Cela tombe sous le sens que cette nomination ferait de facto du général pakistanais un vassal de la Maison des Saoud. Qu’avait-il besoin de cela? Un général pakistanais est presque certainement un homme très riche qui n’a pas vraiment besoin de plus d’argent. Et si le général Sharif avait des démangeaisons insatiables de continuer à lutter contre le terrorisme jusqu’à la fin de sa vie, le Pakistan lui-même pouvait lui en fournir de nombreuses occasions.  Pourquoi l’Arabie Saoudite? La seule réponse plausible est – l’avarice. Les capacités des Saoudiens à attirer les élites étrangères sont légions. Selon les rapports, Salman a donné au président américain Donald Trump, rien que pour les  cadeaux personnels, des dons d’une valeur de 1,2 milliard $. Une lourde épée en or pur et parsemé de diamants pesant 25 kilogrammes valait à elle seule 200 millions $. Ensuite, il y a ce yacht de 125 mètres de long, qui est apparemment le plus grand yacht personnel du monde, avec 80 chambres et 20 suites royales.

Ces choses que les Saoudiens ne peuvent pas acheter 10014 vues 30 mai 2017 7 commentaires Politique Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/05/5295cb2467faf-1728x800_c.jpg Partager la publication "Ces choses...

Lire la suite

La taille du fichier du ministère de l’énergie des Etats-Unis (DoE, le centre nucléaire du pays) se rapportant au 11 septembre (2001) est au-delà des 72Mo. Carnaby avait un bon paquet de documents sur le sujet. (tout cela sous le label de transit). Toute l’histoire de non-prolifération nucléaire et du vol de matériau fissile nucléaire en provenance de Russie, était une histoire de couverture israélienne pour cacher la source originale des matériaux d’armements nucléaires qui venaient en fait des dépôts américains. La distribution illégale de matériau nucléaire militaire (matière fissile) américain à des alliés étrangers n’était pas seulement limitée à Israël. Virtuellement tous les alliés de l’OTAN étaient participants également à cette supercherie. Dick Cheney (NdT: George W. Bush vice-président) était le salopard de cette affaire (NDT: comme tant d’autres…). Bush fils et Cheney ont fait commerce de ces noyaux nucléaires avec des pays étrangers sous la forme de contrats “IOU” (NdT: “I Owe You”, c’est à dire sous forme de dette secrète), afin d’obtenir ce qu’ils voulaient. Tom Countryman, un agent israélien connu, est curieusement en charge maintenant du NNP (non-prolifération nucléaire) au ministère des affaires étrangères sous Obama. Il y fut placé par Ram Emanuel (NdT: lui aussi agent israélien, ex-conseiller à la sécurité et maire de la ville de Chicago)

Publié le par Samir Svet

La taille du fichier du ministère de l’énergie des Etats-Unis (DoE, le centre nucléaire du pays) se rapportant au 11 septembre (2001) est au-delà des 72Mo. Carnaby avait un bon paquet de documents sur le sujet. (tout cela sous le label de transit). Toute l’histoire de non-prolifération nucléaire et du vol de matériau fissile nucléaire en provenance de Russie, était une histoire de couverture israélienne pour cacher la source originale des matériaux d’armements nucléaires qui venaient en fait des dépôts américains. La distribution illégale de matériau nucléaire militaire (matière fissile) américain à des alliés étrangers n’était pas seulement limitée à Israël. Virtuellement tous les alliés de l’OTAN étaient participants également à cette supercherie.  Dick Cheney (NdT: George W. Bush vice-président) était le salopard de cette affaire (NDT: comme tant d’autres…). Bush fils et Cheney ont fait commerce de ces noyaux nucléaires avec des pays étrangers sous la forme de contrats “IOU” (NdT: “I Owe You”, c’est à dire sous forme de dette secrète), afin d’obtenir ce qu’ils voulaient. Tom Countryman, un agent israélien connu, est curieusement en charge maintenant du NNP (non-prolifération nucléaire) au ministère des affaires étrangères sous Obama. Il y fut placé par Ram Emanuel (NdT: lui aussi agent israélien, ex-conseiller à la sécurité et maire de la ville de Chicago)

A la source du trafic de combustible nucléaire: Israël et les Etats Unis 3343 vues 30 mai 2017 4 commentaires Mensonges & Manipulation Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/05/w54-nuclear-warhead-for-davy-crockett-1728x800_c.jpg...

Lire la suite

Article publié depuis Overblog et Twitter

Publié le par Samir Svet

David Stockman – Ex de l’administration Reagan alerte d’un effondrement financier entre Août et Novembre 2017 Le 25 Mai 2017 à 20:47:54 / 31 Commentaires / 4 512 Vues 9 2 Noter Si cet ex-fonctionnaire de l’administration Reagan a raison, il se pourrait...

Lire la suite

Article publié depuis Overblog et Twitter

Publié le par Samir Svet

Trump a commencé à démanteler l’Otan 8433 vues 29 mai 2017 19 commentaires Géopolitique Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/05/tag-reuters.com2017-newsml_lynxmped4o1id-12017-05-25t150419z_1_lynxmped4o1id_rtroptp_3_usa-trump-nato-1728x800_c.jpg...

Lire la suite

Le guide de May & Trump pour faire la guerre et semer la terreur (Countercurrents.org) 4777 vues 29 mai 2017 .-- 1. Bombardez, terrorisez et massacrez des pays majoritairement musulmans du Moyen-Orient pour votre intérêt stratégique personnel et labellisez cette action comme relevant de l’humanitaire. 2. Détruisez ainsi la sécurité de ces Etats et de leurs infrastructures créant ainsi les conditions parfaites pour que les groupes terroristes puissent opérer. 3. Armez, entraînez et financez les groupes terroristes qui ont la même idéologie que ceux que vous prétendez combattre et appelez les rebelles. 4. Créez des centaines de milliers de réfugiés. 5. Ne laissez personne dire que la situation des réfugiés dont vous interdisez l’entrée est causée par les bombardements que vous avez présentés comme humanitaires. 6. Restez silencieux sur les armes vendues aux Saoudiens et leurs supplétifs idéologiques/militaires – tels que l’Etat islamique et Al Qaïda. 7. Devenez victimes de la même sorte d’attaques terroristes terrifiantes, commises par des gens de la même idéologie et des mêmes groupes que vous armez, que vous soutenez, que vous financez au Moyen-Orient. 8. Condamnez l’Islam et tous les Musulmans partout dans le monde et assurez vous qu’ils se sentent tous responsables et contrits, bien qu’ils soient les victimes principales du terrorisme d’Etat et des insurgés. 9. Faites des immigrants des boucs émissaires. Particulièrement les basanés. 10. Puis dans le même élan que vous armez, financez et prenez part au terrorisme, gagnez les suffrages en prétendant le combattre. * Mademoiselle, Madame, Monsieur, ne récompensez pas les mensonges avec votre vote. Et ne laissez pas la classe dirigeante utiliser cyniquement les vies des victimes comme capital politique. Nous devons tant aux victimes de la guerre et du terrorisme. En savoir plus sur http://reseauinternational.net/le-guide-de-may-trump-pour-faire-la-guerre-et-semer-la-terreur-countercurrents-org/#JsDCoslje6rq30Oy.99

Publié le par Samir Svet

Le guide de May & Trump pour faire la guerre et semer la terreur (Countercurrents.org) 4777 vues 29 mai 2017 .--  1. Bombardez, terrorisez et massacrez des pays majoritairement musulmans du Moyen-Orient pour votre intérêt stratégique personnel et labellisez cette action comme relevant de l’humanitaire. 2. Détruisez ainsi la sécurité de ces Etats et de leurs infrastructures créant ainsi les conditions parfaites pour que les groupes terroristes puissent opérer. 3. Armez, entraînez et financez les groupes terroristes qui ont la même idéologie que ceux que vous prétendez combattre et appelez les rebelles. 4. Créez des centaines de milliers de réfugiés. 5. Ne laissez personne dire que la situation des réfugiés dont vous interdisez l’entrée est causée par les bombardements que vous avez présentés comme humanitaires.  6. Restez silencieux sur les armes vendues aux Saoudiens et leurs supplétifs idéologiques/militaires – tels que l’Etat islamique et Al Qaïda.  7. Devenez victimes de la même sorte d’attaques terroristes terrifiantes, commises par des gens de la même idéologie et des mêmes groupes que vous armez, que vous soutenez, que vous financez au Moyen-Orient.  8. Condamnez l’Islam et tous les Musulmans partout dans le monde et assurez vous qu’ils se sentent tous responsables et contrits, bien qu’ils soient les victimes principales du terrorisme d’Etat et des insurgés.  9. Faites des immigrants des boucs émissaires. Particulièrement les basanés.  10.  Puis dans le même élan que vous armez, financez et prenez part au terrorisme, gagnez les suffrages en prétendant le combattre. *    Mademoiselle, Madame, Monsieur, ne récompensez pas les mensonges avec votre vote. Et ne laissez pas la classe dirigeante utiliser cyniquement les vies des victimes comme capital politique.  Nous devons tant aux victimes de la guerre et du terrorisme.  En savoir plus sur http://reseauinternational.net/le-guide-de-may-trump-pour-faire-la-guerre-et-semer-la-terreur-countercurrents-org/#JsDCoslje6rq30Oy.99

Le guide de May & Trump pour faire la guerre et semer la terreur (Countercurrents.org) 4777 vues 29 mai 2017 1 commentaire Terrorisme Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/05/ob_39e00b_trump-may-1728x800_c.jpg...

Lire la suite

Qui défendra le Qatar face à l’Arabie Saoudite ?

Publié le par Samir Svet

Qui défendra le Qatar face à l’Arabie Saoudite ?

Qui défendra le Qatar face à l’Arabie Saoudite ? 12998 vues 29 mai 2017 12 commentaires Géopolitique Réseau International image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/05/3abd09a1-cd56-4f6b-962c-2fea893e73d8-1728x800_c.jpg Partager la...

Lire la suite

Damas veut la fin du massacre des civils par la coalition américaine 4560 vues 29 mai 2017 .-- La diplomatie syrienne demande à l’ONU et au Conseil de sécurité qu’ils mettent fin aux opérations de la coalition américaine. Le ministère syrien des Affaires étrangères a adressé samedi soir deux lettres à l’adresse du secrétaire général de l’ONU et du président du Conseil de sécurité dans lesquelles il a vivement condamné le bombardement de la ville d’al-Mayadin dans le sud-est de Deir ez-Zor, qui a fait 35 tués et des dizaines de blessés, et demandé qu’on mette un terme aux opérations de la coalition illégale américaine et au massacre des civils . « C’est une nouvelle violation, comme les autres violations déjà faites par une coalition illégale qui prétend lutter contre le terrorisme, de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale de la Syrie », a noté la diplomatie syrienne dans ces lettres rappelant que toutes les attaques de cette coalition n’avaient rien apporté jusqu’à présent que le chaos et la destruction à la Syrie; elles étaient plutôt en faveur des groupes terroristes entre autres Daech et le Front al-Nosra.

Publié le par Samir Svet

Damas veut la fin du massacre des civils par la coalition américaine 4560 vues 29 mai 2017 .-- La diplomatie syrienne demande à l’ONU et au Conseil de sécurité qu’ils mettent fin aux opérations de la coalition américaine. Le ministère syrien des Affaires étrangères a adressé samedi soir deux lettres à l’adresse du secrétaire général de l’ONU et du président du Conseil de sécurité dans lesquelles il a vivement condamné le bombardement de la ville d’al-Mayadin dans le sud-est de Deir ez-Zor, qui a fait 35 tués et des dizaines de blessés, et demandé qu’on mette un terme aux opérations de la coalition illégale américaine et au massacre des civils . « C’est une nouvelle violation, comme les autres violations déjà faites par une coalition illégale qui prétend lutter contre le terrorisme, de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale de la Syrie », a noté la diplomatie syrienne dans ces lettres rappelant que toutes les attaques de cette coalition n’avaient rien apporté jusqu’à présent que le chaos et la destruction à la Syrie; elles étaient plutôt en faveur des groupes terroristes entre autres Daech et le Front al-Nosra.

La diplomatie syrienne demande à l'ONU et au Conseil de sécurité qu'ils mettent fin aux opérations de la coalition américaine. Le ministère syrien des Affaires étrangères a adressé samedi ... Damas veut la fin du massacre des civils par la coalition américaine4560...

Lire la suite

Sylvie Goulard admet la présence de forces françaises en Syrie 28 mai 2017 .-- Interrogée par Europe 1, la ministre des Armées françaises, Sylvie Goulard, a reconnu la présence de Forces françaises en Syrie. C’est un secret de polichinelle : des commandos français opèrent illégalement en Syrie depuis 2011, avec une brève interruption entre mars et juillet 2012. Les Forces spéciales françaises fournissent un encadrement à divers groupes jihadistes. Elles avaient notamment organisé l’Émirat islamique de Baba Amr (en 2012) et l’attaque de la plus ancienne communauté chrétienne du monde à Maaloula. « Syrie : Sylvie Goulard confirme la présence de forces spéciales françaises », Europe 1, 26 mai 2017.

Publié le par Samir Svet

Sylvie Goulard admet la présence de forces françaises en Syrie  28 mai 2017 .--  Interrogée par Europe 1, la ministre des Armées françaises, Sylvie Goulard, a reconnu la présence de Forces françaises en Syrie. C’est un secret de polichinelle : des commandos français opèrent illégalement en Syrie depuis 2011, avec une brève interruption entre mars et juillet 2012. Les Forces spéciales françaises fournissent un encadrement à divers groupes jihadistes. Elles avaient notamment organisé l’Émirat islamique de Baba Amr (en 2012) et l’attaque de la plus ancienne communauté chrétienne du monde à Maaloula. « Syrie : Sylvie Goulard confirme la présence de forces spéciales françaises », Europe 1, 26 mai 2017.

Interrogée par Europe 1, la ministre des Armées françaises, Sylvie Goulard, a reconnu la présence de Forces françaises en Syrie. C'est un secret de polichinelle : des commandos français opèr... Sylvie Goulard admet la présence de forces françaises en...

Lire la suite